MON POTE MERVEILLEUX

(Paroles et Musique : Pierre MERIC - 1988)

Dans le frisson des peupliers d'argent
Dans la poussière d'or des terrains vagues
Dans le parfum de l'herbe à la St-Jean
Dans la brume rouillée d'un vieux stalag
Rit en silence un musicien gitan...
Grelottant de misère dans les camps
Où leurs doigts résignés perdent la vue
S'éternise le cri des survivants
Quand les arbres ne les entendent plus
Rit en silence un musicien gitan...
Le long des voies ferrées parmi les champs
Une vieille tenant sa juste note
S'éloigne au Grand Chemin vers le couchant
Près du canal seul devant sa roulotte
Rit en silence un musicien gitan...
Quand les gadgés se mêlent au printemps
De virtuosité le long des plages
Dans le secret voyage hors du temps
Des présences passées dans les nuages
Dans le frisson des peupliers d'argent
Dans la poussière d'or des terrains vagues
Dans le parfum de l'herbe à la St-Jean
Dans la brume rouillée d'un vieux stalag
Rit en silence un musicien gitan...
Ecoute mp3

La partition avec tablatures

"Mon Pote Merveilleux" : Une idée pour Django Reinhardt qui était passé au travers de la GUERRE, pour finir dans les années 50 avec sa guitare forte, trop même selon Grappelli, puis chanson du même son pour les 600.000 Tziganes victimes de la SHOA, entre "Nuages" et "Le Mandarin Merveilleux".

CONTACT - Demande d'information sans engagement. Editions des Grands Chemins offertes ! Contact direct

Retour sommaire textes de Chansons - Retour Chansons sociales -Sélection "Mon Marseille" _ code Sacem N° 89090569/11