Une Méric Centenaire

Des Maures au Bas-Verdon (Chronique)

Les Méric des Maures, ouvriers ruraux, la plupart bouchonniers, "reconvertis" dans l'Industrie - comme mon père depuis 1924 Tourneur-Fraiseur des "Torpilles" de St-Tropez - puis partis "à la ville"... au moment de revenir chez eux pour prendre leur retraite ont dû venir vers nos montagnes - Rians, Vinon, la zone du Verdon... nos horizons lumineux où l'on "faisait encore des centenaires, à ne plus que savoir en faire".

Et c'est justement ce qui s'est produit le 9 Décembre dernier. Rose TEISSIER, fille Méric née dans le pays de Cogolin l'An 1900, grande soeur de mon père, a établi un trait d'union direct entre le 19° et le 21° Siècles en fêtant son centenaire à Fontvieille.

Ceux du Verdon, ceux de Marseille et de Toulon, ont reçu en cadeau son bonheur d'avoir joué ce tour au 20° Siècle et ses mots d'espérance destinés aux jeunes générations, "jeunes" parce que - avides de connaître et découvrir la vie et le Monde sans répit.

En présence du Conseiller Général des Bouches-du-Rhône : Claude Vulpian, de la chorale des enfants autour de Guy son petit-fils, Monsieur le Maire de Fontvieille : Frédéric Mison lui a remis la Médaille d'honneur de la Ville.

Sur une Farandola dau Parpalhon (papillon) que je lui ai chantée en "Lengo Nostro" (voir photo), elle a dans la foulée tout retraduit en Français, offrant aux siens "l'Amo de moun Païs" par-delà les vaines préoccupations quotidiennes.

D'un commun accord rendez-vous sera pris ici - dans notre Verdon - pour une fête de Printemps afin que la forêt d'émeraude (pardon... des Maures) frissonne encore de ses habitants parmi les chataîgners et les chênes-lièges dans l'ombre des collines.

Pierre Méric, 17 Janvier 2001

(Article paru dans H.P. Info le 26 Janvier 2001)

Voir : Sonnet de Noël 2003

Retour memoire