Née du Premier Echo...
(Voix toujours familière)

Passant lassé du Siècle et de la ville austère,

J'ai enfin rencontré - moi qui n'espérais plus -

Ton regard lumineux vers quelque nuit perdu

L'Amour réalisé car à jamais chimère

 

Née du premier écho, voix toujours familière,

Je t'enveloppe en moi quand, Vénus étendue,

Inexorablement tu pars vers l'inconnu

Pour d'autres horizons en des mains étrangères

 

Immense chevelure au rouge des collines

Ton corps resplendissant que mon corps imagine

Fuit la Lune en croissant pour notre dernier soir

 

Ma fête est nostalgie de ta beauté offerte

Chanson secrète et nue, sourire en ton miroir

Cage à feu où tu vis toujours redécouverte.

(Pierre Méric - 1996)

Ecoute Midi : Née du premier écho... * Partition .pdf

Retour sommaire textes de Chansons

 

chansonsmp3