2) LES ACCORDS PARFAITS
* Tout catalogue ou dictionnaire d'accords peut-être un aide-mémoire mais jamais une façon de les assimiler et d'apprendre à s'en servir.
Un accord ne peut être isolé de telle TONALITE dont il fait partie, c'est-à-dire d'un ensemble cohérent de notes sur un mode donné.
* L'accord parfait se construit à partir de chaque note (ou degré) de la TONALITE prise comme fondamentale à laquelle on superpose la tierce et la quinte supérieures.
* La tonalité de Do Majeur comporte 3 accords parfaits ayant une tierce majeure (2t), 3 accords parfaits ayant une tierce mineure (1½t) et le 7° ayant une tierce mineure et une quinte diminuée (3t).

* Dans chaque accord parfait les notes sont dites consonantes.
* Il y a pourtant une remarque à faire par rapport aux harmoniques naturelles (surtout la 3ce majeure) - à développer plus loin.
* Constater la nature des accords :
DANS LE MODE MAJEUR on trouve un accord majeur sur les 1°, 4° et 5° degrés (Fondamentale, 3ce majeure, 5te juste) - un accord mineur sur les 2°, 3° et 6° degrés
(Fondamentale, tierce mineure, 5te juste) - un accord diminué sur le 7° degré (3t) ;
ce 7° accord prétendu "parfait" est en réalité instable : il appelle à une résolution dans la note suivante, en l'occurence la tonique de la tonalité.

* Les trois accords majeurs (1°, 4°, 5°) sont caractéristiques de la tonalité car à eux trois ils contiennent les 7 notes de la tonalité : c'est pourquoi, la base de départ la plus simplifiée pour accompagner une mélodie construite sur le mode majeur est l'enchaînement de ces trois accords.
- en Do Majeur - 1 Tonique = Do ; 4 Sous-Dominante = Fa ; 5 Dominante = Sol.
Pour un guitariste, vu que la plupart des cordes sont à une quarte juste d'intervalle, il est important de remarquer qu'après avoir procédé à une inversion on découvre le schéma suivant :
4 = FA = une quarte au-dessus de la tonique
1 = DO = Fondamentale (TONIQUE)
5 = SOL = une quarte AU-DESSOUS de la tonique

3) QUELQUES PROGRESSIONS D'ACCORDS.
* L'accord de 7° de dominante est une synthèse des accords du 5° et du 7° degrés.
- 5° = SOL - support de la Tonalité
- 7° = Si dim - accord de passage
- Sol7 appelle sa résolution dans l'accord de tonique = Do Majeur
* Jouer : Do - Rém - Mim - Fa - Sol - Lam - Sol7 - Do
* Jouer : Do - Fa - Sol - Sol7 puis transposer en :
Sol.... Fa.... Sib.... Ré.... Mi.... La.... et interpréter avec rythme au choix.
* Même travail sur : Do - Fa - Do - Sol7 - Do - Fa - Sol7 - Do
* Enchaîner de 4te en 4te les accords de 7° de dominante sur les 12 tonalités majeures - soit de tonalité en tonalité par les deux accords communs.
Do7 - Fa7 - Sib7 - Mib7 - Lab7 - Réb7 - Solb7 - Si7 - Mi7 - La7 - Ré7 - Sol7 - Do....
* Tout accord majeur peut constituer soit le 1°, soit le 4° soit le 5° d'une tonalité et donc appartenir à trois tonalités successives dans la progression ci-dessus : ex : Fa (en Do, Fa, Sib)

4) LE CERCLE HARMONIQUE

* Pour transposer le mode majeur de Do
(7 notes naturelles) à partir d'une autre note prise comme tonique, essayer sur le clavier d'un piano. On constate que la même mélodie n'est pas reproduite en n'utilisant que les touches blanches et qu'il faut introduire une ou plusieurs touches noires, c'est-à-dire des altérations.
* Un ordre très logique pour enchaîner les différentes tonalités est celui d'une progression ci-dessus par les 2 accords communs (de 4te en 4te) - en inversant on va de 5te en 5te, ce qui va nous donner l'enchaînement par le tétracorde commun calqué sur le schéma cohérent : 2tons ½ ton, la gamme majeure étant constituée de la succession de 2 tétracordes de ce type.

* Partons de Do vers la Dominante Sol - le premier tétracorde (Sol-La-Si-Do) ne subit aucune altération - dans le deuxième il faut altérer la note sensible (7°) d'un dièse (#) - de tétracorde en tétracorde on obtient l'ordre des dièses retrouvés à la clef = Fa-Do-Sol-Ré-La-Mi-Si-

* Partons de Do vers la sous-dominante Fa - le tétracorde Do-Ré-Mi-Fa demeure tel que - le tétracorde inférieur doit subir une altération (Sib) - de tétracorde en tétracorde on obtient l'ordre des bémols (inverse des dièses) = Si-Mi-La-Ré-Sol-Do-Fa-
* A partir de l'armature à la clef on peut trouver la tonalité :
- dans l'ordre des dièses en sachant que le dernier dièse à la clef est la sensible (Ex : dernier dièse = Sol - Ton de La)
- dans l'ordre des bémols la tonalité est celle de l'avant-dernier bémol à la clef.

* AIDE-MEMOIRE - en partant de Do dans un sens ou dans l'autre on sait combien on doit avoir d'altérations à la clef : Ex : en Sol - 1 # (le premier = Fa#) - en Ré - 2# (Fa# et Do#) etc...

5) TONS MAJEUR ET MINEUR RELATIFS.

* Do et La Mineur.
La première évasion possible du Mode Majeur en se servant de ses éléments - la tonalité mineure relative.
. Même armature à la clef ;
. Avec les mêmes notes mais en constituant une gamme à partir de la 6° du ton majeur on obtient une tonalité mineure NATURELLE.
. Ce qui fait une tonalité mineure c'est sa tierce et sa sixte - MINEURES -
. La tierce et la sixte sont dites "notes modales" - quand elles sont majeures le mode est majeur.
* Dans la gamme mineure naturelle de LA (relatif de Do majeur) on découvre que la 7° note n'est plus "sensible" puisque l'intervalle Sol-La fait 1 ton entier ;

. Pour obtenir une gamme mineure harmonique il convient d'augmenter la septième d'un demi-ton = Sol dièse. Cette altération assimilable à une altération accidentelle ne figure pas à la clef.
* On trouve toujours plus avec l'interpénétration des musiques, dans la chanson en particulier, une utilisation mêlée des deux gammes mineures - Ex : L'Auvergnat : passage du La mineur relatif harmonique au Lam naturel.
* La gamme mineure harmonique est surtout caractéristique des musiques méditerranéennes et latines (corse, flamenco, italienne, tango,..)
* On resitue toujours une tonalité mineure par rapport à sa tonalité majeure relative dans l'ordre du cadran tonal. Il y a 12 tonalités majeures (puisque 12 demi-tons) + 12 tonalités mineures. CHOPIN entre autres en en fait le tour avec 24 préludes...
* Pratiquement, on retrouve le ton mineur relatif d'un ton majeur donné en prenant sa sixième note come tonique - et à l'inverse, on retrouve le ton relatif d'un ton mineur en prenant la tierce (mineure) comme tonique. (Mi - SOL - Si..... La - DO - Mi....)
* A RETENIR : l'altération accidentelle utilisée dans une mesure est maintenue jusqu'au bout de la mesure et renouvelée à la suivante.
L'altération à la Clef se maintient toute la ligne et doit être renouvelée à la Clef suivante.

MUSIQUE EN ROND

* On découvre dans la pratique que la progression harmonique, que la Musique,... ne suit pas la ligne droite mais aime bien tourner en rond, boucler des boucles, faire le tour des tonalités (avec le Blues puis le Jazz...)
* Dans cet ordre d'idée on peut tirer d'énormes enseignements du travail de Belà BARTOK.
Pour lui pas de musique "atonale" mais une logique interne au cercle harmonique - logique qu'il découvre dans les musiques populaires dont il s'est fait mémoire vivante.
* Une logique à approfondir avec ces quelques données élémentaires :
- on constatera dans les musiques précitées une faculté à passer d'un "ANTIPODE" à l'autre dans le système d'axes ci-après :
- Ré7 devient Lab7/5b - Sim est remplacé par Mi7/9 qui lui-même n'est autre que Sim6 ... et par substitutions on retrouve Sib7/5b...
* Application sur les transferts de dominantes :
- Enchaîner : Ré7 - Lab7/5b - Réb9b - Sol7 ... on est allé aux antipodes pour rejoindre la tonique.
En jazz un même accord peut fréquemment avoir plusieurs noms, particulièrement des antipodes.
- Enchaîner : Mi et Fa7M/5b (en glissant l'accord de Mi d'une case en 1° position) ; en fait de Fa altéré n'est autre qu'un substitut de Si7 = accord de dominante de Mi... dont on a pris l'antipode ce qui crée un des éléments esthétiques fondamentaux de la musique espagnole.
* De surcroît, avec des accords diminués (7° dim, 5te bémol...) ou leurs substituts ( Do9° pour Solm6.... pour Solb7/5b.... ) on peut se permettre des successions de tierce mineure en tierce mineure d'un même accord (de 3 cases en 3 cases) - l'accord de septième diminuée étant lui-même composé des 4 notes d'un des trois axes représentés ici.

On peut donc le faire tourner indéfiniment en rond.
* LES AXES : Si nous sommes en Do Majeur et utilisons les 12 notes, ils sont composés selon Bartok et Zoltan KODALY de 3 systèmes (3 dimensions ?) - les toniques - les dominantes et les sous-dominantes.

* Le rapport SIX : Dans le cercle harmonique où chaque ton a son antipode, on remarque (et on utilisera souvent) le fait que la somme des altérations à la Clef de deux antipodes est toujours SIX.

Retour début du polycop

- suite pentatoniques

Retour cours guitare

chansonsmp3